LES EXPOSITIONS

-
LogoDE LA ROCHE AUX VINS, DIVERSITÉ DES TERROIRS D’ALSACE

Une exposition proposée par la Maison de la Géologie et de l’Environnement de Haute-Alsace Sentheim
> Zone Mineral > Parc Jules Simon

À la découverte du patrimoine géologique et viticole alsacien !

2_Illustration

Dans le cadre de l’exposition prestige ‘Origines : Les pierres et les Vins’, la Maison de la Géologie et de l’Environnement de Haute-Alsace et ses partenaires proposent une exposition et des activités ludiques axées sur le lien entre la géologie et le vignoble alsacien en abordant la diversité au niveau des terroirs viticoles.
Au programme :
- → Des dégustations gratuites de vins et Grands Crus alsaciens animées par des viticulteurs alsaciens et accompagnées d’un guide de dégustation associant la géologie locale et les vins présentés.
- → Une exposition intitulée ‘Le vignoble alsacien, fruit de la tectonique’. Elle est composée de posters pédagogiques mis à disposition par Yves Quinif, professeur de géologie à la Faculté Polytechnique de Mons pour comprendre l’histoire géologique mouvementée de l’Alsace à l’origine de la grande diversité des sols et de ses vins. L’exposition sera accompagnée des photographies viticoles de M. Heinz Modispacher, fils de vigneron, photographe amateur et passionné de patrimoine.
1- → Une conférence intitulée ‘De la roche au vin, origine de la diversité des terroirs d’Alsace’ (plus d’infos ICI).
→ Des animations et ateliers ludiques associant pédologie, terroir, vin et géologie (posters, panneaux, affiches, équipements ludiques, outils pédagogiques).

Cette exposition est réalisée grâce à la participation de plusieurs partenaires que nous remercions chaleureusement :
- 7      3        4       5       6


LES MÉTÉORITES ET LEURS IMPACTS

Une exposition proposée par Zélimir Gabelica, professeur de chimie minérale à l’Université de Haute Alsace à Mulhouse et organisateur de réunions internationales sur les météorites à Ensisheim, et Alain Carion, docteur en Sciences et négociant de minéraux, fossiles et météorites
> Zone Mineral > Piscine

3_Imilac pallasite -  olivine dans matrice de m+®talQu’est-ce qu’une météorite ? D’où vient-elle ? Quel est son âge ? De quoi est-elle constituée ? Comment la reconnaît-on ? Pourquoi tombe-t-elle sur notre Terre ? Est-elle utile ? Dangereuse ? Pourquoi est-elle tant recherchée par les scientifiques, prisée par les collectionneurs ? Que de mystères !..
Effrayants ou fascinants, ces blocs de pierre ou de métal, après un voyage de plusieurs millions d’années à travers les tréfonds de l’espace, s’écrasent quotidiennement sur notre Terre en y creusant des cratères gigantesques, provoquant parfois des catastrophes de grande ampleur.
Les scientifiques ramassent les météorites, les scrutent, tentent de percer le secret de ces pierres qui ont vécu la formation du système solaire. Ils essaient de déchiffrer leur message sur l’origine de la vie et son évolution sur notre planète, sur l’existence d’une chimie prébiotique ailleurs dans l’univers, sur la question de notre propre origine…
1_Météorite de Ensisheim, 63,831 kgEn exposant quelques spécimens choisis dans leurs collections privées, Zelimir Gabelica et Alain Carion ont souhaité sensibiliser le grand public à la fascinante beauté, utilité ou simplement à l’intérêt scientifique ou historique d’une partie représentative de leur collection de météorites et de tectites. Le clou de cette exposition inédite sera le bloc principal de la fameuse météorite d’Ensisheim, une chondrite de 53,831 kg qui chut dans un champ de blé de la plaine d’Alsace le 7 novembre 1492, trois semaines après que Christophe Colomb eut découvert l’Amérique, et qui trônera majestueusement dans sa vitrine-écrin au milieu de la salle d’exposition.
Photo de droite : Imilac pallasite – Olivine dans matrice de métal.
Photo de gauche : Météorite d’Ensisheim.


TRÉSORS DE CRISTALLIERS

Une exposition proposée par Grégoire De Bodinat, Sylvain Desfarge, Sébastien Khayati et Christophe Peray, cristalliers français
> Zone Mineral > Piscine

Illustration_Trésors de cristalliersQu’ils parcourent les espaces vertigineux de la haute-montagne ou les sombres dédales des mines, les cristalliers des Alpes sont avant tout des passionnés de minéralogie. Depuis des siècles, cette passion les pousse à explorer sans relâche les entrailles de la Terre à la recherche de ces trésors qui les fascinent.
Bravant les aléas et les dangers, ils ne reculent devant aucun effort pour atteindre leur but : trouver des spécimens d’exception. Car les cristalliers sont guidés par deux véritables obsessions, celle de l’excellence et de la rareté, celle des cristaux fantastiques que constituent parfois les pièces majeures.
Cette exposition regroupe des spécimens minéralogiques exclusivement issus de prospections réalisées par des cristalliers des Alpes et qui répondent à ce critère d’exigence. Elle est le fruit d’années de travail et d’engagement dans cette passion. Pour quelques fragments d’éternité récoltés, combien d’échecs et de déceptions ont pu subir ces chasseurs de trésors ? Plus qu’on ne pourrait le croire en observant ces belles vitrines… Nombreux sont les candidats, mais rares sont ceux qui peuvent accèdent au statut de spécimens d’exception.


RARETÉS MINÉRALES DE SAINTE-MARIE-AUX-MINES

Une exposition proposée par l’Association Française de Microminéralogie (AFM)
> Zone Mineral > Val d’Argent Expo, VE2 

AFM

L’Association Française de Microminéralogie vous propose une exposition consacrée aux espèces minérales trouvées pour la première fois au monde dans le district minier de Sainte-Marie-aux-Mines, à travers neuf panneaux illustrant la dervillite, la ferrarisite, la fluckite, la mcnearite, la phaunouxite, la rauenthalite, la sainfeldite, la villyaellenite et la weilite.
La découverte de ces minéraux place le district au second rang pour ce qui concerne les espèces nouvelles en France, principalement des arséniates résultant de l’altération des riches minerais dans les anciennes galeries humides.
Par cette exposition, l’AFM poursuit sa vocation de mise en valeur du patrimoine minéralogique français, déjà concrétisée par de nombreuses études et publications. Pour la première fois sont réunies une iconographie et une description des neuf espèces, dont certaines, très rares, n’avaient jamais été photographiées. Les prises de vues et recherches bibliographiques ont reçu l’appui d’universités et de musées prestigieux en France, en Suisse et aux États-Unis.
Photo : Sainfeldite cobaltifère, champ 2,3 mm, coll. Georges Favreau, © Pierre Clolus